Carnet de voyages   

                   

 

        
            
 

Accueil
Remonter

 

sepik014 - copie.JPG (108653 octets)

 

img001.jpg (63577 octets)

img034.jpg (116405 octets)

 

 

img010.jpg (98526 octets)

img024.jpg (70193 octets)

 

img027.jpg (199247 octets)

 

img025.jpg (77659 octets)

img018.jpg (73276 octets)

 

Rivière Sepik
Nous arrivons à Ambunti dans le cours supérieur du Sepik. Nous prenons un canoë à moteur fait dans un tronc d’arbre. La proue est en forme de tête de crocodile. Ici les maisons sont sur pilotis. Sur le fleuve il y a des milliers d’aigrettes blanches, de hérons noirs et blancs, des aigles pêcheurs, le perroquet noir et plus difficile à voir, le « coucoubara », le martin-pêcheur de Nouvelle-Guinée, multicolore.
Chaque village possède  un « haus tambaran », la « maison des esprits » qui est réservée aux hommes. A la fois lieu de rassemblement pour rendre la justice, temple, théatre, elles sont le point central de la vie des Papous du Sepik. Il s’agit là de convoquer les esprits pour réconcilier deux parties, faire venir la pluie ou organiser une cérémonie d’initiation. Les femmes sont interdites. Lorsque je pénètre, je vois quelques signes de protestation parmi les hommes, mais Kowspy, notre guide, leur explique que je suis venue étudier leur culture et j’ai le droit de rester : les esprits des ancêtres sont apaisés ! L’intérieur de la maison des esprits est entièrement décorée de peinture, de sculptures qui racontent la création du monde, les visages des ancêtres et des scènes empruntées à leur mythologie. Il y a le casoar qui a donné le jour en même temps à un petit casoar et à un humain. Kowspy se lance dans une histoire compliquée. Le casoar avait mangé de la cervelle humaine…..

 

Dans les villages, de nombreux objets : tambours en forme de crocodiles, sièges sculptés témoignent de l’habileté de ces hommes pour le travail du bois. Au village suivant, les hommes et les femmes nous montrent leurs scarifications. Lors de la cérémonie d’initiation, aussi bien pour les garçons que pour les filles, ils choisissent le dessin qui sera scarifié sur leur corps avec des lames de rasoirs.  La polygamie est toujours en vigueur. Le mari peut avoir plusieurs femmes dans le même village, mais cela peut être aussi dans des villages différents. Une fois la nuit tombée, Kowspy nous emmène en bateau pour voir dans le noir les yeux rouges des crocodiles. Avec une grosse lampe de poche il balaie la rivière dans tous les sens. J’étais en train de  me demander si ce n’était pas une grosse blague, quand brusquement Kowspy pousse un cri , fait aborder le bateau et attrape à la main un petit crocodile et nous dit : « voyez dans la  nuit ces yeux sont rouges ». Le crocodile essaie de se débattre dans la main de Kowspy et crie  désespérément. Finalement il lui met un élastique bien serré pour lui museler la mâchoire. Arrivé à la maison, il pose le crocodile sur la table de la cuisine et lorsque nous étions en train de dîner, le crocodile s’est échappé avec son élastique. Espérons pour lui qu’il saura le casser. Le crocodile tient une grande place dans la mythologie des Papous et également dans les sculptures sur bois. La proue des pirogues est en forme de crocodile, les tabourets, les tambours…… Pour eux «à l’origine, le crocodile était un humain qui s’est transformé en crocodile et c’est pour cela qu’il ne peut manger sous l’eau ». Kowspy nous raconte les guerres tribales. Autrefois, la principale occupation des hommes était d’aller attraper la tête d’un ennemi. « Mon grand-père a tué beaucoup d’hommes, dit-il fièrement, et a conquis le territoire de notre tribu ». La bravoure et le courage se compte en nombre de trophées. Et les cannibales, demandai-je prudemment, ils ont vraiment existé……Oui, me dit Kowspy sans détours, mais c’était la tribu d’en face !. Cela n’existe plus depuis 6 générations.Il enchaîne sur les fables  : Le gueko et la grenouille, le calao et le martin-pêcheur………..

 

Le gueko (lézard) et  la grenouille ou l'histoire de la création du monde, racontée par Kowspy Marek (telle que je l'ai comprise) Le gueko (lézard) et  la grenouille ou l'histoire de la création du monde, racontée par Kowspy Marek (telle que je l'ai comprise)

Il était une fois deux animaux qui  se disent qu'il faut que les hommes puissent vivre et rester dans ce pays. La grenouille dit : c’est à moi de commencer. Le gueko dit non c’est à moi de le faire. Le gueko commença et chercha un endroit pour construire une maison. "Ma cuisine sera là et ma maison des esprits ici" dit-il. Ils dormirent tous les deux et le matin suivant tout était prêt. Ensuite il construisit un canot, puis un jardin pour les fruits, bananes, taro, yam et le matin suivant  le bateau était prêt pour la pêche. Le tambour de la maison des esprits était prêt. Puis il prépara du sagou pour sa nourriture. Le jour suivant le sagou était approvisionné dans la maison. "Tous est prêt maintenant, je peux mourir" dit-il. Aussi il mourut pendant une semaine. Quand il mourut, son corps pourrit. L’ancienne peau sortit et comme d’une chrysalide ou d’un œuf, la nouvelle peau sortit. Et ensuite il fut à nouveau vivant. La grenouille dit : ce travail est mal fait, moi je vais faire des bonnes choses pour les gens. Elle coupa un tronc et fit un bateau, nettoya la forêt et faisait un rude travail.  De temps en temps elle se coupait, se faisait piquer par les insectes. Elle prépara le sagou et le ramena à la maison comme le font aujourd’hui les gens et dit maintenant je vais mourir pour toujours. Elle mourut et ses os, son squelette sont devenus blanc. C’est pour cela que nous sommes maintenant des humains, sinon nous serions comme le gueko. Nous mourrions et huit jours après nous serions vivants dans une nouvelle peau.

 

 Le calao et le martin pêcheur raconté par Kowspy

C’est l’histoire de deux oiseaux, le calao qui est un gros oiseau  et le martin-pêcheur qui est un petit oiseau. Aussi ils décidèrent d’aller le lendemain à la pêche. Le calao avait un plan,  car il a un petit bec pour sa taille et ne peut manger beaucoup et le martin-pêcheur lui a un grand bec pour un petit corps. Aussi le calao décidait d’avoir le bec du martin-pecheur, car il ne peut manger beaucoup à la fois et il a tout le temps faim. Aussi le calao dit au martin pêcheur nous devons passer un contrat et aller à la pêche. Aussi le lendemain ils partirent vers le lac où il y a de gros rochers pour pêcher des crabes car le calao aime beaucoup les crabes. Le calao dit au martin pêcheur : tu restes ici pendant que je descends et je vais plonger pour ramasser quelques grenouilles. Il remplit son bec de crabes et il remonta. Il dit au martin pêcheur. : « L’eau est trop sale et je ne peux rie